Articles

Nous sommes au coeur de la saison de chauffe et vos appareils sont souvent beaucoup sollicités pendant cette période. Il n’est donc pas sans rappeler que votre conduit de fumée doit être au top pour assurer une utilisation la plus saine et efficace possible ! Mais qu’en est-il du ramonage et a quelle fréquence devons-nous faire appel à un professionnel ? On vous dit tout dans cet article.

 

Législation relative au ramonage

« Les conduits de fumée intérieurs ou extérieurs, fixes ou amovibles, utilisés pour l’évacuation des gaz de la combustion doivent être maintenus constamment en bon état d’entretien et de fonctionnement et ramonés périodiquement en vue d’assurer le bon fonctionnement des appareils et d’éviter les risques d’incendie et d’émanation de gaz nocifs dans l’immeuble, ainsi que le rejet des particules dans l’atmosphère extérieure. »

Votre sécurité ainsi que celle de vos proches est en jeu, mais il ne s’agit pas seulement de se protéger personnellement : vous devez également être aux normes aux yeux de la loi.

En effet, ce ramonage est obligatoire et peut être réclamé :

  • par votre municipalité,
  • par votre compagnie d’assurance.

 

Ramonage annuel ou bisannuel ?

« Il est enjoint aux propriétaires et aux locataires des locaux d’habitation et professionnels de faire ramoner deux fois par an dont une fois au moins pendant la période d’utilisation. Seuls les conduits sociaux, les conduits tubés et les conduits n’ayant jamais servi à l’évacuation des produits de la combustion d’autres combustibles desservant des appareils alimentés par des combustibles gazeux pourront n’être ramonés qu’une seule fois par an. » Art 37 et 40 de l’Ordonnance de Police du 5 mai 1974.

Le nombre de ramonages annuel est parfois réglementé par votre municipalité ou par votre assureur :

  • 1 ramonage annuel pour une consommation < à 5 cordes de bois.
  • 2 ramonages annuels pour une consommation > à 5 cordes de bois.

Ce règlement varie selon les départements : consultez le site de votre préfecture pour plus d’informations.

Tout occupant d’un logement, qu’il s’agisse du locataire ou du propriétaire doit obligatoirement faire ramoner le conduit de sa cheminée ou de son poêle à bois au moins une fois par an. Certains règlements sanitaires départementaux ou communaux prévoit une sanction pour défaut de ramonage consistant en une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros.

Rappelons que le ramonage comporte de nombreux avantages qui adoucissent cette réglementation parfois stricte :

  • Économie d’énergie : 1 mm de suie = 10 % de perte d’énergie.
  • Réduction des risques d’intoxication.
  • Réduction des risques de feux de cheminée.

Réglementation ramonage vis-à-vis des chaudières

L’entretien annuel des chaudières de 4 à 400 kW est traité dans l’article 8 de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments.

L’entretien annuel des chaudières est obligatoire depuis la publication du règlement sanitaire départemental type (RSDT) du 13 septembre 1978.

 

Qui prend en charge le ramonage ?

Propriétaire ou locataire ?

Le règlement est très clair sur ce point : c’est à l’occupant des lieux de prendre en charge le ramonage.

Ramonage dans un immeuble

Dans un immeuble, la responsabilité et le coût du ramonage du conduit collectif reviennent au syndic. Dans le cas d’appartements avec conduit de cheminée individuel, les habitants sont responsables de leur propre conduit.

 

Qui s’occupe du ramonage ?

Faire appel à un professionnel

Le ramonage doit obligatoirement être réalisé par un professionnel déclaré. Vérifiez si le professionnel que vous comptez appeler est bien inscrit au registre du commerce.

Seul un professionnel pourra vous délivrer le certificat de ramonage réclamé par les assurances en cas de sinistre.

Un décret du 02 avril 1996 impose à toutes personnes souhaitant exercer une activité de ramonage l’obtention d’un diplôme spécifique :

  • CAP, BEP.
  • Diplôme d’équivalence homologué de niveau égal ou supérieur délivré pour l’exercice du métier de ramoneur.
  • Une expérience professionnelle de plus de trois ans avant la date du décret équivaut au diplôme.

Utiliser une bûche de ramonage

La bûche de ramonage ou ramonage chimique n’est pas prise en compte aux yeux de la loi.

Tout comme le ramonage fait par vos soins, l’utilisation du ramonage chimique n’a pour but que d’améliorer les conditions de tirage, ou encore de renforcer l’action d’un ramonage mécanique.

 

Optimiser l’utilisation de son appareil

Le ramonage est indispensable mais il existe aussi de bonnes pratiques lors de l’utilisation de votre poêle à bois ou granulés pour ne pas dégradé son état et optimiser le rendement.

Pour les poêles à bois

Si vous possédez un poêle à bois, certains bois de chauffage sont réputés meilleurs, car ils prennent rapidement, brûlent lentement et présentent un excellent pouvoir calorifique. Vous aurez le choix entre les bois de chauffage suivants :

  • les bois durs de catégorie 1 ont le pouvoir calorifique le plus élevé, comme le chêne, le charme, l’érable, l’orme, le frêne ou le hêtre ;
  • les bois de catégorie 2, tels le châtaignier, le merisier, le robinier ou les fruitiers, sont performants également ;
  • les bois de catégorie 3 se fendent difficilement et sont longs à sécher comme le bouleau, le peuplier et le platane.

Conseil de démarrage : les bois qui brûlent lentement ne sont pas idéaux pour amorcer un feu de cheminée ou de poêle à bois. Privilégiez du bois de bouleau beaucoup plus tendre au démarrage. Quand le feu semble avoir pris, continuez avec votre bois habituel. Avantage, le bouleau est plus abordable !

En plus d’être écologique, le bois est connu pour être le combustible le plus abordable du marché.

Le prix du bois est en hausse depuis quelques années. Il accuse une augmentation de 20% au cours de la dernière année. Néanmoins, il reste très rentable. Le prix du bois du chauffage varie selon l’essence, sa qualité et son taux d’humidité. Plus un bois a un fort pouvoir calorifique et un taux d’humidité adéquat, plus il est cher. Le prix d’un stère de bois de chauffage, soit un mètre cube, est compris entre 45 et 120€. De bonnes bûches de chauffage coûtent en général 100€/m3, soit environ 0,08€/kWh.

Ce prix est souvent annoncé hors livraison. Comptez 20% en plus si vous vous faites livrer les bûches aux bonnes dimensions pour votre appareil de chauffe.

Stockage = économie : Le bois demi-sec est meilleur marché, car il nécessite encore un temps de séchage avant de pouvoir brûler convenablement. Si vous avez l’espace de stockage adéquat disponible, achetez votre bois au printemps pour l’hiver suivant !

Pour les poêles à granulés

Si vous possédez cette fois un poêle à granulés, il est conçu pour produire et diffuser de la chaleur dans la pièce dans laquelle il se trouve. Mais un poêle à pellet est capable de chauffer toute une maison s’il s’agit d’un poêle canalisable. Le poêle canalisable est équipé d’un circuit de gaines, chargées d’acheminer la chaleur dans les différentes pièces du logement.

L’avantage, c’est que l’allumage d’un poêle à granulés se fait de manière automatique. Assurez-vous simplement qu’il est alimenté en pellets et appuyez sur le bouton.

Le prix d’un poêle à granulés peut osciller entre 2500 et 6000€. Comme de nombreux équipements de chauffage, la fourchette est large et le prix final dépend de plusieurs éléments. La puissance, la marque, les fonctionnalités et le design influent sur le prix du poêle à granulés et peuvent le faire passer du simple au double. Mais c’est sans compter sur les aides à la rénovation énergétique ! Une fois installé, vous devrez alimenter votre poêle avec des pellets. Le budget granulés de bois dépend de votre utilisation. En grande quantité en vrac, la tonne de granulés coûte entre 200 € et 360 €. Mais le plus pratique pour alimenter un poêle est de vous fournir en pellet dans le commerce. Vous trouverez les granulés en sacs de 15 kilos.

Le choix de la puissance est très important pour réaliser des économies et obtenir un bon confort thermique. Votre poêle ne doit pas être sous-dimensionné, ni sur-dimensionné. La bonne puissance dépend de la taille de votre logement et de la qualité de son isolation thermique.

Voici quelques exemples :

  • Pour une maison neuve : 6 kW
  • Pour une maison bien isolée : 8 kW
  • Pour une maison ancienne rénovée : 10 kW
  • Pour une maison ancienne non rénovée : Commencez d’abord par refaire l’isolation

Enfin, le poêle à granulés est considéré comme un équipement écologique pour plusieurs raisons :

  • Il utilise un combustible renouvelable : les pellets sont fabriqués à partir de déchets de bois issus des scieries.
  • Ses émissions nocives pour l’environnement sont moindres que celles du fioul, de l’électricité, du gaz et des bûches de bois.

 

Désormais vous savez l’essentiel, si votre ramonage n’a pas encore été fait n’oubliez pas de prendre rendez-vous pendant la saison de chauffe ! Vous pouvez passer par notre formulaire en toute autonomie juste ici : https://lcdr.gazoleen.com/rdv

Vous pouvez également nous téléphoner  au 09 83 56 89 86.

2 ramonages par an

En règle générale

La fréquence de ramonage obligatoire c’est 2 fois par an.

Pour les conduits de chauffage au bois, granulés, au fioul ou au charbon dont une fois pendant la période de chauffage et l’autre hors saison de chauffe.

La fréquence est annuelle pour les conduits de chauffage au gaz (voir aussi notre actu).

La loi est claire sur ce sujet :

Selon l’article 31-6 du Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT) : « Les conduits de fumée intérieurs ou extérieurs, fixes ou amovibles, utilisés pour l’évacuation des gaz de la combustion doivent être maintenus constamment en bon état d’entretien et de fonctionnement et ramonés périodiquement en vue d’assurer le bon fonctionnement des appareils et d’éviter les risques d’incendie et d’émanation de gaz nocifs dans l’habitation, ainsi que le rejet de particules dans l’atmosphère extérieure. »

Ça c’est noté, enregistré, validé: deux fois par an. Mais pourquoi ? On répond à cette question dans cet article.

Sécuriser votre logement

Vous avez fait l’excellent choix de vous chauffer au bois, en tout ou partie.

De toute évidence, se chauffer au bois, ça implique nécessairement du FEU,… Du feu au coeur de votre foyer (sans mauvais jeu de mot).

Or du feu au sein de votre logement, ça n’est pas neutre. Vous devez obligatoirement contrôler cette énergie ! Elle vous offre le confort à condition de la maitriser et d’en surveiller les effets.

Donc une attention double : les flammes et les fumées.

Selon Planetoscope et Verisure, nous comptons en France environ 263 000 incendies domestiques par an dont un tiers résulte d’un feu de cheminée ! … Ça ne vous parle pas plus que ça ? Cela représente 10 incendies par HEURE causés par un feu de cheminée.

Le monoxyde de carbone, c’est environ 1300 épisodes d’intoxications par an impliquant plus 3000 personnes ! (santepubliquefrance.fr)

Ce que nous appelons les “imbrulés”, ce sont les restes en dehors de la cendre après la combustion de vos buches ou pellets : les suies et le bistre, ennemis naturels du ramoneur. Nous les chassons avant qu’un évènement imprévu tel qu’une température excessive ou l’obstruction d’une évacuation ne viennent enflammer ou dégrader ces résidus. Intervenir Avant ! Voilà la clé pour éviter les incendies ou les émanations de gaz toxiques.

Bref, le dépôt des carbones dans votre système est à surveiller afin que le chauffage de votre foyer soit sain et sécurisé.

Eviter les pannes de matériel

Les systèmes de chauffage biomasse sont issus d’une ingénierie complexe et d’une science qui a beaucoup évolué depuis Prométhée.

L’informatique, la thermodynamique sont venues régler et optimiser le feu des cavernes.

Les matériaux, les ventilations, les conduits … Si votre installation a été pensée comme il se doit, elle gère de manière optimale ce pour quoi elle a été conçue.

Ces calculs, ces réglages sont issus d’une conception au sein d’un cadre idéal et statique. Seulement voilà : le temps n’aime pas la stabilité.

Votre mode d’utilisation, la qualité du combustible, la résistance des accessoires tels que joints ou raccords, l’encrassement inattendu ou les variations de climat peuvent accélérer l’usure de votre système.

Noircissement de la vitre d’un insert, flamme excessive, bruit suspect d’une ventilation… Grâce à une observation régulière et attentive, vous conserverez sereinement votre système de chauffage en bon état de fonctionnement sur une très longue période. Elle vous évitera certains dérèglements fatals à l’intégrité de votre matériel.

Le cardiologue de votre système ? Votre ramoneur / technicien de maintenance.

Expérimenté, en lien avec la base technique du concepteur de votre système, son examen saura déceler les petites corrections à opérer plutôt que de lourds travaux à financer. Donc, un entretien de votre appareil et deux ramonages de conduits, c’est la garantie d’un système de chauffage en pleine santé. en lire plus

Faire des économies d’argent à long terme

Vous avez choisi un chauffage à énergie renouvelable plutôt qu’à énergie fossile et c’est tout à votre honneur.

Selon l’ ADEME, il reste le plus économique. Évidemment, vous avez pu constater comme tout le monde la hausse du prix du gaz et de l’électricité (comparatif complet ici).

Comparatif du prix du kWh des énergies en 2022

Un entretien régulier de votre système de chauffage bois ou granulés permet d’optimiser ses performances : vous chauffez plus longtemps tout en économisant du combustible. Sachant que l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas, un réglage minutieux et la vérification de l’intégrité de votre système vous permettra de ne pas brûler vos ressources inutilement.

Préserver l’environnement

Si le choix d’un système de chauffage au bois ou à granulés s’avère judicieux sur bien des points, il en est un à regarder de plus près : l’émission de particules fines et de gaz toxiques.

ecologie.gouv.fr souligne la nécessité d’une politique de l’air sur certaines régions et dans tous les cas l’attention de chacun au quotidien. En Haute-Savoie, on a même stipulé l’interdiction d’utiliser le chauffage au bois lors d’un épisode vigilance rouge. (source France 3 Régions).

Aussi, pour éviter d’en arriver à ces extrémités, des gestes simples :

    1. Remplacez vos équipements de plus de 15 ans
    2. Pour un foyer ouvert ou un insert, allumez votre feu par le haut pour une combustion maximale des fumées (lien)
    3. Contrôlez deux fois par an votre système de chauffe et les conduits. Qui mieux que votre ramoneur ou technicien de maintenance des systèmes de chauffage bois/granulés saura déceler les défauts d’utilisation ou les anomalies de votre installation ?!

Ces petites attentions feront une grande différence aussi bien sur la qualité de l’air de votre intérieur que sur celle de votre commune.

Améliorer votre confort

Les routines ont la peau dure !

Quand l’hiver arrive, je m’aperçois que je n’ai pas fixé de RDV avec mon ramoneur. Un appel ou un coup d’oeil sur la réservation en ligne et … Bien sur, pas de place avant fin Décembre dans le meilleur des cas.

Je rallume mon poêle et bien sur, au moindre dis-fonctionnement, le dépannage va prendre beaucoup plus de temps. Les plannings surchargés des techniciens à cette époque ne laisse pas beaucoup de choix. (Sans même parler de l’allongement des délais d’approvisionnement en pièces détachées).

Donc, le bon réflexe : j’anticipe les deux RDV ! Le premier hors saison afin de remettre mon équipement en bon état de fonctionnement avant allumage. Le second pendant la période de chauffe pour assurer un rendement optimum.

Bien sur, c’est l’intensité de l’utilisation qui va déterminer la durée des interventions de mon technicien de maintenance.

On récapitule

  • 2 RDVs PAR AN ;
  • Protection de mon foyer et de ma famille ;
  • Limitation maximale des risques d’incendie et d’intoxication ;
  • Économies d’énergie ;
  • Prolongation de la durée de vie mon équipement ;
  • Optimisation des performances ;
  • Contribution à la qualité de l’air de ma commune ;

Pour aller plus loin :

https://www.ecologie.gouv.fr/qualite-lair-interieur

https://www.ecologie.gouv.fr/gouvernement-presente-plan-daction-developper-chauffage-au-bois-domestique-plus-performant-et

https://selectra.info/energie/guides/conso/energie-la-moins-chere#kwh

https://www.ademe.fr/expertises/energies-renouvelables-enr-production-reseaux-stockage/passer-a-laction/produire-chaleur/dossier/bois-biomasse/bois-energie-qualite-lair

Ramonage, entretien deux fois par an ! C’est la clé :) PRENEZ RDV https://lcdr.gazoleen.com/rdv